La perspective de la pomme – Histoires, politiques et pratiques du Contact Improvisation

AUTEUR·E·S : édité par Emma Bigé, Alice Godfroy, Francesca Falcone, Alessandra Sini
EDITEUR : Piretti Editore (2022)

BROCHÉ : 342 pages
LANGUE : Français
ISBN13 : 978-88-6476-112-1

En stock (peut être commandé)

En stock (peut être commandé)

16,00

RÉSUMÉ

En cinquante ans d’existence, les savoirs qui ont émergé du Contact Improvisation, forme de danse créée par Steve Paxton en 1972, sont multiples et précieux, et nombreuses sont les recherches-en-danse qui s’y sont ressourcées. Ce livre est une tentative de rassembler certaines de ces études contemporaines, mais aussi plus anciennes, avec une attention particulière aux racines que le CI a implantés en France et en Italie, pour célébrer les phénoménologies, les anthropologies, les histoires et les activismes qui s’y sont déployées.
Un objet dansant non-identifié est tombé il y a cinquante ans sur le sol états-unien. Une expérimentation des lois du mouvement, par l’autre et à travers lui. Une autre façon, décentralisée, de faire corps. La stratégie : les faire chuter dans la courbure de leurs relations au monde – et renverser ainsi le point de vue objectivant de la physique newtonienne pour considérer la chute depuis la perspective de la pomme-qui-tombe, et la danse depuis son expérience vécue. Les révolutions du Contact Improvisation ont depuis pollinisé aux quatre coins du monde les laboratoires de la pratique et de la pensée-en-danse contemporaine.
Cet ouvrage collectif cherche à ressaisir ces sillonnements – historiques, politiques et poïétiques – jusqu’en terres européennes. En Italie et en France tout particulièrement où ses boutures ont pris rapidement. Il revient sur les racines du Contact Improvisation aux États-Unis, et étudie son implantation outre-Atlantique ; sur ses ramifications activistes et ce qui interroge en elles les chorégraphies sociales des relations de genre, de race, de classe ; sur ses fruits enfin, c’est-à-dire les savoirs expérientiels qui se travaillent à même la danse et formulent ce que pourrait être une pensée par la pratique. L’ensemble donne un aperçu de l’œuvre-réseau, du complexe de tissus locaux et internationaux qui lie tous·tes ces practicien·nes qui, depuis 1972, se sont dédié·es à étudier le monde du point de vue de la pomme.« Quand une pomme lui tomba sur la tête, Isaac Newton reçut l’inspiration de décrire ses trois lois du mouvement. Celles-ci servirent de fondement aux idées que nous nous faisons de la physique. Étant essentiellement objectif, Newton ignorait ce qu’on ressent quand on se place du point de vue de la pomme… » (Fall After Newton, transcription, 1987)
Contributions de Ann Cooper Albright, Tiffany E. Barber, Colleen Bartley, Mayfield Brooks, Emma Bigé, Jérémy Damian, Laura Delfini, Francesca Falcone, Emanuela Ferreri, Alice Godfroy, Irina Harris, Keith Hennessy, Nita Little, Denise Luccioni, Rossella Mazzaglia, Karen Nelson, Steve Paxton, Myriam Rabah-Konaté, Marika Rizzi, Alessandra Sini, Nancy Stark Smith, Francesca Beatrice Vista.

DÉCOUVRIR ÉGALEMENT

Aller en haut