Avignon 1968 et le Living Theatre

Avignon 1968 et le Living Theatre

19,00

Auteur: Entretiens réalisés par Émeline Jouve
Editeur: Deuxième époque (2018)
Collection: Linearis

Broché: 232 pages
Langue: Français
ISBN13: 978-2-37769-036-7

Disponible sur commande

Informations complémentaires

Poids 0.25 kg

SKU: bom-1861 - Besoin d'aide ? Contactez-nous Laisser un avis

Catégories : , , ,

Entretiens avec Philippa Wehle, Hans Echnaton Schano, Robert Milet, Edmond Volponi, Melly Puaux, Lucien Attoun, Claude Eveno, Jean-Guy Lecat, Sonia Debeauvais, Jack Ralite, Laure Adler, Jean-Jacques Lebel, Pascal Ory, Bernard Bloch, Christian Bourgeois, Jean‑Marc Peytavin, Serge Pey, Michel Mathieu, Ghislaine Thomas, Ernest Pignon‑Ernest, Jean-Marie Lamblard, Jean-Marie Piemme, Brad Burgess, Jacques Téphany, Denis Guénoun, Olivier Py, Stanislas Nordey et Philippe Caubère.

Si l’Histoire a accueilli dans son rang la révolution de Mai 68, celle du mois de juillet qui traversa le Festival d’Avignon semble avoir été reléguée à sa marge. Pourtant, la XXIIe édition du festival, sous la direction de Jean Vilar, déchaîna les passions avec la même intensité que celles qui habitaient et agitaient les acteurs des contestations printanières ayant ébranlé le pays jusqu’à la dissolution de l’Assemblée et l’organisation de nouvelles élections en juin.

Se rejouait à Avignon la révolution alors étouffée par Charles de Gaulle, et le festival devint ainsi le théâtre de tensions entre les ennemis du « Supermarché de la culture » et les défenseurs d’une conception vilarienne du théâtre populaire.

Le Living Theatre, invité à présenter trois pièces — dont la création Paradise Now — cristallisa beaucoup de ces tensions de par ses prises de position. Avignon 1968 et le Living Theatre est une immersion dans ce mois d’été 1968 avignonnais : ce voyage dans le temps est pris en charge par des témoins ayant vécu les évènements de juillet et dont les entretiens sont retranscrits dans ce volume, mais aussi par ceux qui sont revenus sur cette période passionnée par le biais de la fictionnalisation. La réactualisation de ces souvenirs rend compte de crises qui continuent à secouer un monde de la culture qui n’a de cesse d’interroger les rapports entre l’art et le politique (l’institution, la révolution) mais aussi entre l’art et le poétique (le beau, le transcendant).

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close